Auvers-sur-Oise : Sur les traces de Vincent Van Gogh

Aujourd’hui, direction le Val-d’Oise pour une journée au cœur de la vie de Vincent Van Gogh. Le peintre hollandais a en effet passé ses 70 derniers jours à Auvers-sur-Oise, petite ville à une trentaine de kilomètres de Paris.
Durant ces 70 jours, Vincent Van Gogh va peindre près de 90 oeuvres.
Le village est un tableau à ciel ouvert, et tout au long de la journée, nous parcourons ce village pour découvrir l’église qu’il a immortalisée dans l’un de ses tableaux, visiter l’auberge Ravoux où il a séjourné, découvrir le château d’Auvers-sur-Oise qui retrace le parcours culturel entièrement commenté « Vision Impressionniste » et nous plonge dans l’histoire de l’impressionnisme. Visiter la maison de son ami le docteur Gachet, pour finir ce parcours par le cimetière où lui et son frère sont enterrés.
La visite dans le village est très facile car tout est bien fait pour nous guider à travers le village.
De nombreux panneaux de signalisations nous orientent et pour nous rassurer, une indication au sol nous confirme que nous sommes bien sur les traces de Vincent Van Gogh.
L’auberge Ravoux  est un site classé monument historique. Il est aujourd’hui la seule maison où vécut Van Gogh préservée dans son état originel. C’est sous les combles de l’Auberge Ravoux que se trouvait la chambre n° 5 de Van Gogh. Elle est aujourd’hui entièrement vide, il ne reste plus de meuble de l’époque. Elle permet juste de s’imaginer l’étroitesse de cette chambre de 7 mètres carrés qui laisse imaginer pourquoi Van Gogh aimait sortir pour peindre en extérieur. Il aura toutefois peint à deux reprises dans cette auberge deux portraits de la fille Ravoux alors âgée de 13 ans.
Juste à côté, nous découvrons la chambre voisine, meublée d’un vieux sommier et d’un nécessaire de toilette. Cela permet de mieux s’imaginer la disposition dans la chambre. On nous explique qu’elle était habitée à l’époque par un peintre inconnu du grand public et du monde de la peinture. Deux toiles de ce peintre sont accrochées sur les murs de cette chambre. La visite se termine ensuite par un petit film racontant quelques lettres ou œuvres de Van Gogh.
Clairement, même si nous découvrons la chambre ou est mort Vincent Van Gogh, ce n’est pas la visite qui nous fera ressentir l’âme du peintre. Il y règne plus un petit côté commercial (photos non autorisées) ou tout s’enchaine à la va vite. On n’y découvre même pas l’intérieur de l’auberge….
En face de l’auberge Ravoux se trouve la mairie que Van Gogh a peint dans le tableau « La Mairie d’Auvers-sur-Oise le 14 juillet ».
Nous poursuivons le parcours par le château d’Auvers-sur-Oise  qui n’a pas forcément de lien à la base avec Van Gogh mais qui à l’intérieur nous présente un formidable parcours commenté sur la vision impressionniste. Vous êtes plongé, au fil des pièces dans l’univers de l’impressionnisme à travers des animations sonores et visuelles très bien faites. En fait, nous ne visitons pas un château, mais nous parcourons une exposition très intéressante.

Après le château, nous nous rendons à la maison du Docteur Gachet (déjà rendue célèbre par une toile de de Paul Cezanne), ami et médecin de Vincent Van Gogh.

Van Gogh, qui vient de quitter Saint-Rémy-de-Provence pour s’installer à Auvers-sur-Oise, y fait la rencontre du docteur Paul Ferdinand Gachet, qui a été recommandé à son frère Théo par Camille Pissarro.
Gachet est un ancien professeur d’anatomie artistique, amateur d’art, ami des impressionnistes et des écrivains. Il pratique lui-même la peinture et la gravure.
Van Gogh l’appréciera immédiatement. Il écrit de lui à son frère :
J’ai vu M. le Docteur Gachet qui a fait sur moi l’impression d’être assez excentrique, mais son expérience de docteur doit le tenir lui-même en équilibre en combattant le mal nerveux, duquel il me paraît attaqué au moins aussi gravement que moi. (…)
 
J’ai trouvé dans le docteur Gachet un ami tout à fait et quelque chose comme un nouveau frère, tellement nous nous ressemblons physiquement, et moralement aussi. Il est très nerveux et beaucoup bizarre lui-même.
 
La maison du Docteur Gachet est fréquentée par un grand nombre d’artistes :comme Charles-François Daubigny, Armand Guillaumin, Jean-Baptiste Corot, et surtout des impressionnistes, comme Paul Cézanne et Camille Pissarro, avec lequel il commence à graver. C’est à Auvers, en 1890, que Vincent Van Gogh exécute son unique planche gravée, Le Portrait du docteur Gachet.
À la fin du mois de juin 1890, Vincent Van Gogh écrit à son frère Théo son intention de peindre la fille du docteur Gachet, Marguerite, âgée alors de vingt-et-un ans, dans une pose de jeune fille de la campagne. Quelques jours plus tard, il lui écrit qu’il a peint la jeune fille en train de jouer du piano et la veille elle a posé pour lui dans le jardin de la maison familiale.
Toutefois le docteur Gachet n’avait pas donné la permission à sa fille de poser pour Van Gogh et lorsqu’il apprit qu’il y eut deux séances de pose en deux fins d’après-midi consécutives, il interdit toute rencontre sans tierce personne entre sa fille et le peintre et demanda à Vincent Van gogh de mettre fin à son amitié avec sa fille
Le docteur Gachet meurt dans sa maison d’Auvers-sur-Oise le 9 janvier 1903. Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise.
Ses enfants Marguerite et Paul vont faire d’importants dons aux musées français à la fin des années 1940. Plusieurs toiles de Van Gogh issues de la collection de Paul Gachet sont depuis exposées au musée d’Orsay.
Nous poursuivons notre parcours sur les traces de Van Gogh et nous rendons à travers les champs pour découvrir l’endroit ou Van Gogh a peint le tableau
« Champ de blé aux corbeaux ».
Les experts d’art voient généralement dans ce tableau une représentation de l’état d’esprit préoccupé et torturé de Van Gogh, avec un ciel foncé très menaçant, avec un choix à faire sur les trois chemins allant dans différentes directions et avec les corbeaux noirs, signes de pressentiment ou même de mort. Van Gogh se serait en effet suicidé quelques jours après avoir peint ce tableau.
La suite du parcours nous mène à l’église d’Auvers-sur-Oise, immortalisée par le peintre en 1890.
Nous finissons notre parcours par le cimetière d’Auvers-sur-oise où est enterré Vincent Van Gogh. Son frère, Théo, est décédé six mois après lui aux Pays-Bas. En 1914, sa femme Johanna fit transférer sa dépouille aux côtés de Vincent.
Comme l’indique le faire-part du décès de Vincent van Gogh ci-après, un service religieux était programmé le mercredi 30 juillet, lendemain de sa mort,  à 14h30 à l’Eglise Notre Dame d’Auvers-sur-Oise.
Ce service religieux fut annulé lorsque le curé de l’Eglise Notre Dame d’Auvers-sur-Oise apprit que Vincent van Gogh s’était suicidé, ce qui explique la rayure du lieu de recueillement sur le faire-part.
De ce fait, le cercueil fut exposé dans l’arrière salle du Café de la Mairie, plus connu sous le nom de « Chez Ravoux », où le peintre logeait.
C’est le docteur Gachet qui posa le lierre sur la tombe de Van Gogh.
Ici se termine notre journée sur les traces de Vincent Van Gogh à Auvers-sur-Oise riche d’enseignement et d’émotion.

2 Replies to “Auvers-sur-Oise : Sur les traces de Vincent Van Gogh”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s