Visite (presque) privée du Château de Versailles….

Derrière cette grille, la Cour Royale et le château de Versailles.

On ne va pas se mentir, cette visite n’était pas vraiment privée mais mesure Covid oblige, nous devions être maximum une vingtaine de personnes à l’ouverture du château ce matin. La visite que nous réalisons aujourd’hui est réduite par rapport à une visite classique mais étant abonnés, nous apprécions de pouvoir la faire dans des conditions optimales.

Au sol, le portrait du Roi permet de tenir la distance entre nous

Nous débutons la visite, après avoir traversé la cour royale pour observer la magnifique cour de marbre,  directement dans l’entrée des grands appartements du Roi pour monter l’escalier  Gabriel et admirer le « lustre Gabriel » qui l’éclaire. Pour la réalisation du lustre, le château de Versailles et les designers ont fait appel au savoir-faire et à la maîtrise technologique de Swarovski.

L’escalier Gabriel, conçu par Ange-Jacques Gabriel en 1772, n’avait jamais été achevé, faute de fonds suffisants. Le projet a été repris et terminé dans les années 1980.

En haut de l’escalier, nous arrivons dans le salon d’Hercule  qui donne un accès au Grand Appartement du Roi.

Nous traversons ensuite le salon de l’Abondance. Ce salon permettait d’accéder à l’ancien cabinet des Médailles, dit aussi « des Raretés », où Louis XIV conservait ses objets précieux.

Nous arrivons ensuite dans le salon de Vénus. Cette pièce décorée sur le thème de la déesse de la mythologie romaine, servait de salle de réception du temps de Louis XIV, étant desservie par l’escalier des Ambassadeurs.

la visite se poursuit par le salon de Diane. Cette pièce décorée sur le thème de Diane, déesse de la mythologie romaine, servait de salle de billard du temps de Louis XIV.

Ensuite nous arrivons dans le salon de Mars. Cette pièce décorée sur le thème de Mars, dieu de la mythologie romaine, servait en fait de salle des gardes de Louis XIV.

Nous découvrons ensuite le salon de Mercure, ou « chambre du lit ». Le salon de Mercure qui devait servir d’antichambre, fera office dès l’installation du roi et de la cour à Versailles en 1682 de chambre d’apparat.

La visite nous emmène ensuite dans la salon d’Apollon également appelé salle du trône. Servant de chambre du roi de 1673 à 1682 puis de salle du trône dès que le Roi et la Cour s’installèrent à Versailles, le roi y accordait ses audiences ordinaires. Le salon doit son nom au plafond de La Fosse représentant Apollon sur son char.

le plafond du salon d’Apollon

Nous traversons ensuite rapidement le salon de la Guerre pour ensuite profiter de la galerie des Glaces.

il est tellement rare de pouvoir profiter de cette magnifique galerie pratiquement que nous nous attardons pour la photographier tranquillement.

Au premier tiers de la galerie des Glaces, nous rentrons rapidement dans le cabinet du Conseil. Une porte ouverte nous permet d’apercevoir l’emplacement de la chambre de Louis XV et derrière le cabinet de la pendule.

Nous arrivons ensuite dans la chambre du Roi, magnifiquement décorée.

Il est si rare de pouvoir apprécier et prendre le temps de regarder et photographier cette pièce habituellement pleine de monde. Nous traversons ensuite le salon de l’oeil de boeuf pour retrouver la galerie des Glaces.

les célèbres torchères de la galerie des Glaces

Nous quittons la galerie pour arriver dans le salon de la Paix. Destiné à célébrer la paix, ce décor conclut l’iconographie développée dans la galerie des Glaces, qui célèbre les actions civiles et militaires du Roi Soleil. Il a été restauré en 2017 et 2018.

Nous arrivons ensuite dans la chambre de la Reine. Comme pour la chambre du Roi, c’est un réel plaisir de pouvoir s’attarder dans cette chambre au calme, sans personne. Nous apprécions. Donnant sur le parterre du Midi, le Grand Appartement de la Reine est symétrique du Grand Appartement du Roi. Mais, contrairement au souverain qui, dès le règne de Louis XIV, délaissa son Grand Appartement, la Reine continua d’occuper le sien, ce qui explique que le décor en fut plusieurs fois modifié au cours du XVIIIe siècle.

Nous arrivons ensuite dans le salon des Nobles puis dans l’antichambre de la Reine, ou salon du grand couvert. Initialement salle des Gardes de la reine Marie-Thérèse, elle devint la première antichambre de l’appartement de la reine, dite antichambre du Grand Couvert car elle était utilisée par le roi et la reine pour leur souper en public Louis XIV y soupe tous les soirs avec la famille royale et la Reine bien évidement.

Nous passons ensuite dans la salle des Gardes de la Reine. Elle servait aux gardes chargés de la protection de la souveraine et était toujours très animée. C’est dans cette salle qu’au matin du 6 octobre 1789, lorsque les émeutiers commencent à envahir le château, les gardes du corps retranchés parviennent à résister et protéger Marie-Antoinette qui se réfugie chez le roi.

Nous entrons ensuite dans l’immense salle du Sacre. Cette pièce (sous Louis-Philippe) est consacrée à la gloire de Napoléon 1er et tient son nom du tableau de David : Le sacre de Napoléon. C’est dans cette pièce que Louis XV congédia le parlement le 13 avril 1771.

Nous arrivons ensuite dans la salle de 1792. Cette salle est la seule rescapée des salles du musée Louis-Philippe consacrée à la révolution française. Cette salle de 1792 donne à elle seule les clés de compréhension du projet historique et politique du roi des Français. Elle marque à la fois la fin d’un monde – la monarchie française tombe le 10 août 1792 – et l’ouverture d’une ère nouvelle pleine d’espoirs et d’inquiétudes aussi.

Nous arrivons ensuite devant l’escalier des Princes. Cet escalier, dont la décoration sculptée date du XVIIe siècle, relie le rez-de-chaussée et le premier étage de l’aile du Midi. La voûte d’origine a été remplacée sous Louis- Philippe par un plafond à caissons.

l’escalier des Princes

Nous parvenons à la grande galerie des Batailles. Quel bonheur de pouvoir la parcourir avec un minimum des visiteurs à l’intérieur.

la galerie des Batailles

Cette galerie mesure 120 mètres de long sur treize de large et occupe la longueur du premier étage de l’aile du midi. Elle contient de très grands tableaux qui représentent les grands événements militaires de l’histoire de France. Une large corniche soutient une voûte à caissons peints et des entablements supportés par des colonnes corinthiennes scandent la longueur de la galerie. Sur seize tables de bronze sont inscrits les noms des princes, amiraux, connétables, maréchaux, grands guerriers tués ou blessés à mort en combattant pour la France.

En terminant la visite, nous pouvons, avant de redescendre, découvrir la galerie de Pierre dont l’accès est, lors de notre visite, interdit au public.

la galerie de Pierre

Ainsi s’achève notre visite presque privée du château de Versailles. Si nous etions une vingtaine au départ, très vite nous nous sommes retrouvés que tous les deux à parcourir les pièces du château. Nous avons apprécier pouvoir prendre notre temps pour photographier les diverses pièces et détails.

One Reply to “Visite (presque) privée du Château de Versailles….”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s